S y n d r o m e d u c a r r e f o u r p o s t e r i e u r


La partie postérieure de la cheville est une zone de conflit fréquente notamment lors de certaines activités sportives : football, danse ...

Ce syndrome concerne plusieurs éléments anatomiques. Le processus postéro latéral du talus, de longueur variable, se prolonge de manière inconstante pas l'os trigone.

Le processus postéro-médial du talus forme avec son homologue latéral une gouttière au sein de laquelle chemine le tendon du long extenseur de l'hallux.

Le patient se plaint d'une douleur postérieure aigue (lors d'un shoot ou d'un tacle) ou chronique lors de la flexion plantaire.

L'anamnèse retrouve souvent l'existence de rechute douloureuse.

L'examen clinique met en évidence une douleur postérieure en flexion plantaire maximale et, quelque fois associée, une douleur à la flexion contrariée de l'hallux témoignant d'une tendinite du long fléchisseur de l'hallux.

L'imagerie confirme le diagnostic. La radiographie confirme l'existence d'un os trigone ou d'un processus postero-latéral long. Un hypersignal à l'IRM sera le témoin d'une inflammation locale permettant d'affirmer le diagnostic avec certitude. La scintigraphie peut être une alternative intéressante mais reste cependant moins précise que l' IRM.

Le traitement est initialement médical : Antalgiques, anti-inflammatoires oraux voire en infiltration locale. Il devient chirurgical en cas d'échec thérapeutique.

Le traitement est initialement médical : Antalgiques, anti-inflammatoires oraux voire en infiltration locale. Il devient chirurgical en cas d'échec thérapeutique.


G A R D E ZL E F I L . . .
P A T H O L O G I E S